L'Héritage des Ténèbres Index du Forum
S’enregistrer FAQ Rechercher Membres Groupes Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion
Réconfortante solitude? [libre]

 
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet   L'Héritage des Ténèbres Index du Forum » Lieux sorciers »
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Méridith Mitchel
Sorcier

Inscrit le: 24 Mai 2013
Messages: 13
Féminin
Profession: Auror

MessagePosté le: 27/05/2013, 03:14    Sujet du message: Réconfortante solitude? [libre] Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
Méridith venait tout juste d'arriver à Londre. Au fond d'elle-même, elle avait toujours su que sa douleur resterait la même, peu importe où elle se trouverait sur la planète, mais elle s'était dit que peut-être celle-ci aurait été mieux supportable si elle s'éloignait le plus possible de Montréal.

De toute façon, à quoi bon rester à Montréal sans sa grand-mère pour la comprendre et la réconforter? Jamais elle ne s'était sentie si seule dans sa vie que depuis que sa grand-mère était décédée! Ses parents étaient certes toujours vivants, mais ils l'avait pour ainsi dire éliminée de leur vie à partir du moment où elle avait décidé d'aller à cette curieuse école de La Corriveau.

Au lendemain des funéraille, il ne lui restait plus que son travail et son amoureux.

Si elle avait su que la perte de sa grand-mère n'allait pas être la dernière cette journée-là! Elle ne serait jamais entré au travail... JAMAIS. Comment avait-il osé lui faire une chose pareille? Comment quelqu'un pouvait-il poser des gestes aussi répugnants et dénués de sens que ceux que son prétendu amoureux allait commetre cette journée là?

Lorsqu'il l'avait frappé, Méridith avait perdu tout espoir en la race humaine. Il n'y avait plus que des déséquilibrés, des sans coeur, des obsédés et des méchants autour d'elle... la bonté, l'humanité et l'amour avait complètement disparu et jamais plus elle ne le retrouverait.

C'était pourquoi elle avait fait ses bagages et quitté son appartement sans avertir personne, (Qui s'y serait intéressé de toute façon?!) pour se rendre dans le pays d'un de ses illustres ancêtres dont elle savait à peu près rien: l'Angleterre.

Maintenant qu'elle y était, assise là sur le banc de parc, confuse et le coeur en miette, elle se demandait si elle n'avait pas fait une grave erreure...

-Qu'est-ce que j'ai fait là, moi...? murmura-t-elle pour elle-même.
_________________
Méridith Mitchel

Ce qui nous tue pas nous rend plus fort!
Y parraît ouais...


Dernière édition par Méridith Mitchel le 27/05/2013, 20:36; édité 1 fois
27/05/2013, 03:14
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Harold Kellerman
Journaliste

Inscrit le: 23 Fév 2011
Messages: 78
Avatar: Jean Dujardin
Profession: Journaliste à la Gazette

MessagePosté le: 27/05/2013, 17:22    Sujet du message: Réconfortante solitude? [libre] Répondre en citant

Méridith cherchait à se changer les idées ? Pour ne plus penser à sa peine, faute de pouvoir véritablement la soulager ? Elle ne pouvait imaginer à quel point la chance était à ses côtés ! Enfin la chance… Harold tout du moins !! Il venait effectivement de se glisser sur le banc près d’elle, la mine attentive.

- Tout va bien, mademoiselle ?

Quiconque savait observer ne pouvait passer à côté du visage déboussolé, et foncièrement triste, de la québécoise. Mais comme Harold n’en restait pas moins Harold, il ajouta directement :

- Ou madame ?

Détrompez-vous, il aurait été hâté d’en conclure à un simple plan drague foireux. Bien sûr, notre américain aimait séduire – c’était bien la seule chose qu’il savait faire correctement ! – mais la réponse à cette question ne lui importait pas vraiment. Et quand bien même était-il intéressé - car avouons-le, il aurait montré moins d’enthousiasme à réconforter une mémé morose – à ses yeux, tout cela n’avait pas d’importance !

- Je vous vois là, toute abattue, je ne peux que réagir ! Y a-t-il une seule chose que je peux faire pour vous faire sourire ? J’en ferai ma mission du jour !

Keuf keuf keuf ! Son patron ne l’aurait probablement pas entendu de cette manière… Mais Harold avait réussi sans problème à quitter les locaux de la Gazette de bonne heure, prétextant effectuer un micro-trottoir, qu’il n’avait nullement l’intention de réaliser ! Hehe Il grouillait toujours de bonnes idées, pour éviter une longue journée de labeur ! Alors oui, à ses yeux, il était libre comme l’air, et cette idée l’enchantait ! D’autant que notre journaliste n’était nullement du genre à culpabiliser !

En plus de ça, contrairement à Méridith, la vie était plutôt clémente avec lui ces temps-ci… le Lord Fou s’étant fait la malle, les risques du métier s’étaient envolés et de surcroit, la pseudo-relation qu’il entretenait avec la belle Mina Adams le ravissait. Oh bien sûr, ils étaient bien loin de former un vrai couple – tant mieux ! - mais la jeune chanteuse à succès montrait de plus en plus souvent le désir de le voir… l’effet Harold, que voulez-vous !! Bref notre bonhomme était de bonne humeur ! Et il comptait bien la partager !

Il offrit à Méridith un sourire ravageur, tout en passant une mèche de ses cheveux mi- longs derrière son oreille. Faute d’être charmée, la jeune femme pourrait le trouver divertissant… non non impossible qu’elle s’arrête sur son accroche pour le prendre pour un vulgaire pervers !
_________________
Harold
33 ans

.: N'est pas beau ce qui est beau, est beau ce qui plait :.
.: Vas y coco, balance l'info :.
27/05/2013, 17:22
Auteur Message
Méridith Mitchel
Sorcier

Inscrit le: 24 Mai 2013
Messages: 13
Féminin
Profession: Auror

MessagePosté le: 27/05/2013, 20:35    Sujet du message: Réconfortante solitude? [libre] Répondre en citant

Méridith sursauta en entendant la voit de l'Américain. D'où était-il arrivé celui-là? Et comment ne l'avait-elle pas senti s'approcher d'elle?

-Mademoiselle, répondit-elle machinalement.

Elle le regarda en relevant un sourcil puis, ne pouvant s'en empêcher, se mit à sourire. Que pouvait-il faire pour la faire sourire?

-Juste être vous, c'est sufissant...

La bonne humeur de cet inconnu qui l'avait surprise au départ et amusé par la suite la rendit quelque peu inconfortable peu à peu... Sans trop savoir pourquoi, elle regarda autour d'elle. Étaient-ils seuls dans le parc? Par où pourrait-elle s'enfuir si elle en avait besoin?

Depuis que son amoureux l'avait pour ainsi dire agressée, Méridith n'était plus tout à fait l'Auror sûre d'elle et sans peur... et elle se détestait pour ça!

Méridith se força à se redonner une contenance pour disimuler le plus possible sa détresse.

-Mais ne vous inquiétez pas pour moi, je... je ne faisais que me rappeler que j'avais oublié mon parapluie dans mon déménagement, mentit-elle, et... et vous savez ce qu'on dit à propos de Londres avec ses averses quasi continuels. Un parapluie m'aurait été d'une grande utilité!

Elle alla même jusqu'à forcer un petit rire. C'est que la peur continuait malgré elle de lui grimper le long de la colone comme un insecte nuisible et malicieux. Et si ce drôle de monsieur était l'un de ces désaxé dont la presse parlait sans cesse ces jours-ci dans les journaux sorcier de Londres?
_________________
Méridith Mitchel

Ce qui nous tue pas nous rend plus fort!
Y parraît ouais...
27/05/2013, 20:35
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Harold Kellerman
Journaliste

Inscrit le: 23 Fév 2011
Messages: 78
Avatar: Jean Dujardin
Profession: Journaliste à la Gazette

MessagePosté le: 28/05/2013, 16:56    Sujet du message: Réconfortante solitude? [libre] Répondre en citant

Juste être lui… elle ne croyait pas si bien dire ! Quoiqu’elle n’en paraissait pas pleinement convaincue ! Mais Harold avait bien trop confiance en lui pour se remettre en question. Il n’interpréta donc le malaise de la jeune femme que comme le résultat de ce qui la taraudait. Il n’avait d’ailleurs pas tort ! Il eut un éclat de rire détendu à sa remarque.

- Vous accordez vraiment beaucoup d’attention à la pluie alors !! Elle ne vaut pourtant pas la peine de faire cette tête-là !

Il faisait ainsi comprendre à Méridith, qu’il n’était pas vraiment dupe. Mais après tout, elle n’était pas obligée de partager avec lui – un illustre inconnu – le fond de ses tracas. Il continua donc avec légèreté.

- Mais c’est vrai, les averses arrivent ici sans prévenir. Je ne me promène moi-même jamais avec un parapluie… il faudrait l’avoir constamment, et qu’est-ce que c’est encombrant ! Du coup, j’ai travaillé une parade, parce que rester au sec, c’est primordial.

Et pour illustrer son propos, il passa une main dans sa chevelure raplapla. N’allez pas croire, il pouvait très bien se mettre à friser en cas de grands taux d’humidité ! Il sortit ensuite sa baguette magique de son costume classique-mais-ultra-cher, et se hissa du banc pour récupérer une branche, tombée d’un arbre environnant. D’un « Umbrellarius » assuré, la branche se transforma en un parapluie anglais, au manche raide et arrondi à son extrémité. Il le tendit à la jeune femme, tout en lui offrant un sourire colgate.

- Cadeau ! Libre à vous de le garder tel quel, ou de le recycler dans votre cheminée !

Il rigola pour lui-même. Bon évidemment, ça ne fonctionnait vraiment qu’à la campagne… mais en ville, il y avait toujours foule de boutiques, restaurants ou même simples porches. Il était facile d’éviter les saucées !

- Vous voilà donc rassurée, non ?!

Le sourire était un peu en coin. Il se rassit près d'elle.

- J’en comprends que vous ne venez pas d’Angleterre… le climat n’est guère différent de Londres dans le reste du pays ! Votre accent m’est familier, mais je serais bien incapable de l’identifier…

Le Québec n’était pas très éloigné de la Grosse Pomme dans laquelle notre journaliste avait grandi. Il ne s’était pourtant jamais suffisamment intéressé au pays voisin pour en reconnaitre le caractère et les accents.
_________________
Harold
33 ans

.: N'est pas beau ce qui est beau, est beau ce qui plait :.
.: Vas y coco, balance l'info :.
28/05/2013, 16:56
Auteur Message
Méridith Mitchel
Sorcier

Inscrit le: 24 Mai 2013
Messages: 13
Féminin
Profession: Auror

MessagePosté le: 28/05/2013, 18:46    Sujet du message: Réconfortante solitude? [libre] Répondre en citant

Méridith lui accorda un sourire franc cette fois-ci. Elle le savait pas duppe, mais en même temps, appréciait qu'il n'en fasse pas de cas.

-Effectivement, le temps qu'il fait a une grosse grosse influence sur moi, répondit-elle à la blague.

Lorsqu'elle le regarda faire son tour de passe passe avec la brache d'arbre, elle fut si fascinée qu'elle en oblia presque sa crainte.

-Oh! merci, dit-elle en prenant le parapluie-branche-d'arbre dans ses mains. Il est vraiment génial!

Et elle était sincère. Elle adorait les choses inusitée et jamais elle n'en trouverait un pareil dans une boutique. Irait-elle jusqu'à le traîner partout où elle va? Sûrement pas, mais tout de même, il aurait toute une allure dans son nouvel appartement.

D'ailleurs, elle n'avait pas commencé encore sa recherche d'appartement et sa première nuit au Chaudron Baveur lui avait été si difficile qu'elle s'était promis de commencer rapidement. Peut-être cet homme connaissait-il des endroits sympatiques où chercher... Elle l'observa un instant et, n'était pas encore certaine si elle pouvait ou non lui faire confiance (la trahison de son petit ami avait fait en sorte qu'elle ne se croyait plus quand il était question de faire confiance ou pas) décida de ne pas lui parler tout de suite de sa recherche d'appartement.

-Effectivement, je ne viens pas d'ici. Je suis du Québec. Montréal pour être plus précise. Vous connaissez?
_________________
Méridith Mitchel

Ce qui nous tue pas nous rend plus fort!
Y parraît ouais...
28/05/2013, 18:46
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Harold Kellerman
Journaliste

Inscrit le: 23 Fév 2011
Messages: 78
Avatar: Jean Dujardin
Profession: Journaliste à la Gazette

MessagePosté le: 31/05/2013, 20:16    Sujet du message: Réconfortante solitude? [libre] Répondre en citant

La jeune femme paraissait émerveillée, et même si Harold faisait souvent cet effet aux femmes – oui oui ! - il s’en montra satisfait. Elle paraissait se détendre et lui répondit naturellement.

- Le Québec… le Québec ? Ce n’est pas au Canada ?

Il ne fallait pas non plus lui demander trop d’assurance… la géographie, pour notre homme, c’était comme le journalise… approximatif ! Méridith acquiesça bien sûr.

- Je connais un peu… enfin de nom. Moi je viens de New-York !

Il ne lui demanda pas si elle connaissait, car il ne faisait aucun doute que ce fut le cas. Le monde entier connaissait NYC ! Ses tours écrasantes, son activité bouillonnante ! Harold prononçait d’ailleurs le nom de sa ville avec une grande fierté. Aurait-il pu en être autrement ?

- C’est sûr, quand on a tout là-bas, qu’est-ce qu’on peut venir chercher ici, n’est-ce pas ? Pour ma part, c’était le travail. Je suis journaliste voyez-vous, pour la Gazette du Sorcier. Avec ces choses terribles qui se passaient ici, il y a encore quelques mois, je me suis dit que c’était l’occasion de me lancer dans le journalisme de terrain ! Celui qui vous dresse les poils, qui fait monter l’adrénaline !!

Il fit un petit sourire, tout en mimant une légère excitation. Il savait se vendre… enfin vendre un autre surtout ! Car rien de tout ceci n’était tout à fait vrai : il avait eu horreur de mettre son bien-être en péril par enjeu professionnel, et si Maman ne l’avait pas exilé ici, jamais il n’aurait traversé l’Atlantique… JAMAIS ! Oh, on ne pouvait pas vraiment dire qu’il le regrettait aujourd’hui… les évènements s’étaient tassés, puis il avait eu sa part de gloire ! Part dont il jouissait toujours un peu… avec Cuffe déjà, mais aussi avec Mina…

- Une véritable expérience ! Mais vous avez bien fait d’attendre un peu quand même, la vie est tellement plus clémente ici depuis que VSQ est parti ! Vous en aviez entendu parler chez vous au Canada, non ? Et dites-moi, c’est le travail qui vous amène ici aussi ? Oh et n’hésitez pas à me rembarrer, si vous pensez que ça ne me regarde pas !

Il eut un rapide éclat de rire.
_________________
Harold
33 ans

.: N'est pas beau ce qui est beau, est beau ce qui plait :.
.: Vas y coco, balance l'info :.
31/05/2013, 20:16
Auteur Message
Méridith Mitchel
Sorcier

Inscrit le: 24 Mai 2013
Messages: 13
Féminin
Profession: Auror

MessagePosté le: 01/06/2013, 21:13    Sujet du message: Réconfortante solitude? [libre] Répondre en citant

Plus l'énergumène lui parlait, plus Méridith se détendait. Parce qu'il fallait l'avouer, il avait tout de l'énergumène avec ses grosses lunettes noires et son attitude extravertie! Mais cela lui plaisait.

Il lui rappelait un ami qu'elle avait eu à l'Académie des Aurors qui avait été très proche d'elle pendant un certain temps. Après leurs études, Alex avait été muté en Ontario et il avait accepté (le traitre!) Mais qui n'aurait pas accepté un tel poste? Chef d'une petite section nouvellement ouverte dans le nord de l'Ontario où avait été détecté une activitée anormalement élevée de magie noire... Par simple principe, Méridith aurait été du genre à refuser. Pour sa famille, l'Ontario, bien que ce fut à quelques kilomètres seulement de chez elle, c'était comme le bout du monde! Ce que c'était un peu, dans les faits... une autre langue... une autre culture... Tant qu'à changer de langue et de culture, Méridith préfèrait changer de pays au moins! Alex était un polyglothe invétéré avec une aculturation totale. Il se sentait bien partout! Un vrai caméléon! et il avait la bonne humeur facile. Un peu comme cet énergumène...

-Ah oui! New York. La grosse pomme! Ça peut parraître étonnant, mais même si c'est à seulement 6 heures de chez moi, j'y suis jamais allé! et me voilà à Londres. C,est fou des fois comme on n'arrive pas à profiter des choses qui sont pourtant si proches de nous, hein?

Méridith fut suprise par sa propre réflexion. Qu'était-elle donc venu chercher à Londres justement? Harold lui parla de ses aspiration professionelles qui l'avaient poussé à déménager à Londres. Mais elle? pourquoi venir ici? Oui, pour fuir... mais elle aurait pu choisir n'importe quel endroit. New York par exemple! Elle se questionnait toujours à ce sujet lorsqu'elle entendit d'une oreille distraite parler d'appel des sensations fortes.

-Oh moi, l'andrénaline, j'en ai soupé! Avec mon métier - je suis Auror - c'est mon pain quotidien comme on dit. Viens un temps où c'est tellement rendu la routine qu'on ne fait plus la différence entre ce qui est dangereux et ce qui ne l'est pas. Il faut faire attention a ça... C'est quelque chose que mon métier m'a appris.

Et comment elle l'avait appris! Elle n'avait même pas vu que son petit ami était en fait un dangereux manipulateur en puissance prêt à exploser à la moindre contrariété!

-Ah oui... j'ai entendu parlé de Vous-savez-qui. J'ai bien pensé à venir m'enrôler ici pour donner un coup de main aux Aurors, mais mon anglais n'était pas encore assez bon. J'ai fait un stage il y a quelques années à Salem pour ça, mais ça n'a pas donné grand-chose. Aussitôt revenue chez moi, j'ai tout perdu ce que j'avais appris!

Elle éclata de rire à l'évoquation de ce souvenir. Puis ses yeux s'illuminèrent un moment. L'un de ses coéquipiers ne lui avait-il pas dit qu'il venait de Londres justement? Peut-être pourrait-elle retrouver sa trace! Un visage connu dans la place pourrait très certainement l'aider à s'acclimater àa son nouvel environnement! Et Will était un homme si charmant. Un vrai gentleman britanique! Pourvu que sa fille ne soit pas dans le décor. Mais ça, c'est une autre histoire...

-Il parraît qu'il avait mis un Tabou sur son nom... mais puisque vous vous en êtes débarassé, pourquoi continuer à l'appeler Vous-savez-qui?

Méridith était du genre à appeler un chat, un chat. Elle n'avait pas connu les atrocités que Voldemort avait commises et ne pouvait pas comprendre cette attitude pourtant très légitime qu'avaient les Britanniques à ce sujet.

-La Gazette du Sorcier? je connais pas... faudrait que je me mette à la lecture des journaux locaux! j'aimerais bien lire un de vos papiers! Je suis certaine qu'ils sont... comment dire... aussi éclatants que vous l'êtes! dit-elle avec un sourire en coin.

Ils parlèrent ainsi de tout et de rien pendant un bon moment. Assez pour en venir au TU à tout le moins. Ce qui plu à Méridith puisque cela lui faisait un ami dans sa nouvelle vie! Elle lui parla de ses anciens dossiers, lui de ses anciens articles. Elle lui demanda des choses pratiques comme: s'il connaissait des endroits ou trouver des appartements pas trop cher et ou faire son epicerie...Ils rirent de bon coeur même! ce que Méridith n'avait pas fait depuis un très long moment.

-Je te l'ai pas dit tantôt, parce que je suis quelqu'un de plutôt discrète et orgueilleuse, mais ça n'allait pas du tout avant que tu n'arrives dans le parc. Je sais bien que tu l'avais compris et je te remercie de ne pas en avoir parlé. Tu m'as fais beaucoup de bien.

Elle se remémora soudain qu'elle avait habilement contourné une question qu'il lui avait posée à propos de ses raisons d'être venue ici... Elle décida qu'il était peut-être temps de s'ouvrir un peu. elle ne le connaissait qu'à peine, mais Méridith sentais que si ça ne sortait pas maintenant, ça ne sortirais jamais et que ça lui empoisonnerais l'existance pour le reste de ses jours!

-Pour répondre àa ta question de tantôt, non, je suis pas venue ici pour le travail. En fait, je sais pas si je vais être capable un jour d'y retourner. Depuis...

''Allez Méri, ça va te faire du bien!'' s'ordona-t-elle à elle-même.

-Depuis que j'ai été attaquée par quelqu'un que je coyais près de moi, j'ai peur de tout! Pas très pratique pour une Auror!

Sur ce, elle entendit un bruit qui venait des bosquets en arrière d'eux. D'un seul bond, elle sauta sur le banc, dégaina sa baguette et la pointa vers les buissons.

Un mignon petit lapin en sorti en ganbadant, lui jetant un regard que l'on aurait presque pu interprété comme outré.

-je suis ridicule, marmona-t-elle en reprenant place sur le banc.

Elle eut soudain peur d'Harold. Elle l'évalua du regard un insant.

-Tu vas pas écrire dans ton journal qu'une Auror traumatisé se balade en liberté dans le parc prête à attaquer tout ce qui bouge hein?!

Certains journalistes avaient la fâcheuse habitude de déformer la réaliter... n'importe quoi pour un bon article. Harold était-il de ces journalistes?
_________________
Méridith Mitchel

Ce qui nous tue pas nous rend plus fort!
Y parraît ouais...
01/06/2013, 21:13
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Harold Kellerman
Journaliste

Inscrit le: 23 Fév 2011
Messages: 78
Avatar: Jean Dujardin
Profession: Journaliste à la Gazette

MessagePosté le: 12/06/2013, 11:57    Sujet du message: Réconfortante solitude? [libre] Répondre en citant

La conversation se poursuivit avec facilité. Puisqu’ils mentionnaient VSQ, Harold en profita pour relater à la jeune Auror son exploit (hum) lors de l’attaque du Ministère quelques mois plus tôt. Persuadée d’avoir rencontré un homme au caractère finalement assez proche du sien, Méridith se décontracta et prit confiance. Elle ne pouvait pas savoir qu’il la baratinait… il le faisait si bien, puisqu’il ne faisait toujours que ça ! Puis les mensonges auxquels on croit nous-même en sont-ils vraiment ?

Quoi qu’il en soit, ils abordèrent ensuite des sujets plus légers… tout du moins, jusqu’à ce que la jeune femme décide de se confier un peu sur les raisons de son déménagement. Elle resta évasive, ne mentionnant pas explicitement des violences conjugales, mais en dévoila suffisamment pour que le journaliste perçoive une partie de sa détresse.

- Oh non, tu n’as rien à craindre de moi ! Je ne fais pas dans le journalisme de proximité !

Il rigola. Déjà qu’il ne travaillait pas vraiment quand il était dans les locaux de la Gazette, alors bien loin de lui l’idée de se mettre en quête d’exclusivité sur ce qu’il estimait son temps libre !!

- J’imagine que ça n’a pas dû être une petite attaque… pour traumatiser une fille comme toi, d’après tout ce que tu m’as raconté, tu n’as pas l’air d’être des plus impressionnables !

Il prit une mine sincèrement navrée. Il n’avait lui-même jamais été agressé physiquement par quiconque. C’était d’ailleurs presque surprenant, quand on connaissant la condescendance dont il était capable… et de manière générale, il pouvait se montrer particulièrement agaçant. Mais il fallait croire que ses détracteurs ne lui accordaient pas suffisamment d’importance pour juger qu’il valait la peine de se faire mettre la tête au carré !

– Et quand c’est quelqu’un qu’on connait bien, en qui on a confiance… c’est terrible…

La trahison, par contre, ça il connaissait ! Il avait bien souffert du coup bas de Maman – à qui il n’avait pas adressé la parole pendant au moins deux bonnes semaines !! – par exemple. Et ne dites pas qu’il n’y a pas vraiment commune mesure ! Pas du touuut !

- C’est bien normal d’en ressortir choquée ! Mais c’est dur de te voir autant fragilisée ! Faut pas se laisser abattre ! Ni que ça empiète sur ton job !

Oui Harold n’avait rien d’un bon psychologue, et ce genre de phrases toutes faites en était bien la preuve ! Mais il en était conscient :

- Tu as parlé à quelqu’un ? Je veux dire un professionnel… enfin tu vois… je sais que chez nous, on va chez le psy à tout va, mais c’est certain que ça peut aider !

Harold en était la parfaite illustration. Il était allé chez le psy pendant son adolescence, et le résultat était probant, n’est-ce pas ? Depuis il s’en passait sans mal, ses travers se limitant aux belles femmes et à un léger excès de confiance en soi.

- Je crois qu’ils ont des psychomages très compétents à Ste Mangouste ! Enfin, je me base sur ce que m’en dit un de mes collègues dont le meilleur ami travaille là-bas…

Et Melo parlait régulièrement de Paul… même s’il était alors rarement question de travail !
_________________
Harold
33 ans

.: N'est pas beau ce qui est beau, est beau ce qui plait :.
.: Vas y coco, balance l'info :.
12/06/2013, 11:57
Auteur Message
Méridith Mitchel
Sorcier

Inscrit le: 24 Mai 2013
Messages: 13
Féminin
Profession: Auror

MessagePosté le: 28/06/2013, 23:42    Sujet du message: Réconfortante solitude? [libre] Répondre en citant

Méridith soupira d'aise lorsqu'il lui assura qu'il ne parlerait pas d'elle dans son journal. Ç'aurait été «le boutte du boutte» comme on disait par chez elle!

D'ordinaire, elle aurait tout de suite su s'il disait la vérité ou pas et aurait pu deviner qu'il l'avait baratiné sur plusieurs de ses exploits, mais sa fragilité nouvelle avait complètement abruti son 6e sens d'Auror!Comment en aurait-il pu être autrement? Elle qui avait mis toute sa confiance en son amoureux qui lui, lentement mais surement, avait resserré son emprise sur elle pendant toute l'année qu'avait duré leur relation. Il l'avait manipulée, isolée comme c'était pas possible et elle, elle n'avait rien vu! Elle, l'Auror si alerte et habile, elle s'était fait avoir comme une petite idiote démunie! Sa confiance en elle n'avait pu qu'en être affaiblie! Mais ça, elle ne se l'autorisait pas... pas plus que la majorité des gens d'ailleurs.

-Faut pas se laisser abattre ! Ni que ça empiète sur ton job ! dit Harold en n'était pas conscient de la dureté de ses paroles.

-Je sais bien, mais je peux pas faire autrement! Je comprend pas. J'ai jamais, jamais perdu le contrôle comme ça... Je peux pas croire que je me sois fait avoir comme ça! C'est les personnes faibles qui se font intimider ( et battre aussi, mais ça, elle le garda pour elle) par leur conjoint! Pas une Auror. Ça se peut pas! ragea-t-elle en serrant les poing.

Elle était bien dure avec elle-même... comme la majorité des gens d'ailleurs. On en demandait beaucoup à l'élite... Précisément parce que c'était l'élite! Mais, aussi comme la plupart des gens, Méridith ignorait que ce n'était pas la faiblesse, ni même les capacités intellectuels ou physiques qui faisaient qu'une personne soit victime de violence conjugale. Il y en avait dans toutes les couches de la société, dans tous les groupes d'âges...

-J'en ai tellement vu des gens démunis dans ma carrière. C'est pas mon cas, je t'assure. Je comprend juste pas ce qui m'arrive...!

Puis, Harold mentionna la possibilité de consulter un spécialiste. Elle en fut insultée.

-Ben voyons! Je suis pas folle!
_________________
Méridith Mitchel

Ce qui nous tue pas nous rend plus fort!
Y parraît ouais...
28/06/2013, 23:42
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Harold Kellerman
Journaliste

Inscrit le: 23 Fév 2011
Messages: 78
Avatar: Jean Dujardin
Profession: Journaliste à la Gazette

MessagePosté le: 03/07/2013, 07:32    Sujet du message: Réconfortante solitude? [libre] Répondre en citant

- Oh mais je ne dis rien de tel !

La jeune femme faisait-elle partie de ces gens qui pensaient encore que consulter un psy était mauvais genre ? La folie, à proprement dite, était un concept tellement désuet… Ils étaient juste des adultes plein de névroses, mais cela ne faisait pas d’eux des déséquilibrés !... enfin si peu !

- Mais certains traumatismes doivent être exorcisés pour qu’ils puissent être laissés derrière ! Je dis juste que ça ne couterait pas grand-chose d’envisager la chose… Au pire, oublie ce que je viens de dire, ok ? Il n’y avait nul jugement là-dedans !

Méridith lâcha un peu la pression, sans savoir qu’elle étudierait vraiment la question sous peu, allant finalement jusqu’à prendre rendez-vous. Quand aucune amélioration ne vient d’elle-même, il ne faut pas avoir peur de chercher de l’aide !

- Bon je sais qu’on ne se connait pas vraiment, enfin toujours un peu plus que tout à l’heure, mais qu’est-ce qui est en mon pouvoir pour t’aider à aller mieux ? Faire la fête, décompresser, ça te brancherait ? Je pensais aller à une petite soirée ce soir, si tu veux m’accompagner.

Il était comme ça Harold, généreux. Tant pis si Natacha était justement de passage en ville. Don de soi. Il était d’ailleurs à deux doigts de lui proposer son corps – ça change parfois les idées - mais quelque chose lui suggéra que la Québécoise n’était pas encore tout à fait mûre pour ça ! Il verrait ça plus tard. Et ne lui parlez pas de Mina ! Ils n'étaient pas tout à fait un couple, n'oubliez pas…
_________________
Harold
33 ans

.: N'est pas beau ce qui est beau, est beau ce qui plait :.
.: Vas y coco, balance l'info :.
03/07/2013, 07:32
Auteur Message
Méridith Mitchel
Sorcier

Inscrit le: 24 Mai 2013
Messages: 13
Féminin
Profession: Auror

MessagePosté le: 04/07/2013, 12:49    Sujet du message: Réconfortante solitude? [libre] Répondre en citant

Ça avait sorti tout seul...«je suis pas folle»... le fameux stéréotype. Dans son esprit, les psy, c'était bon pour les autres, et elle savait bien que tous les gens qui consultent ne sont pas fou à proprement parler, mais Méridith était convaincue que ce n'était pas pour elle. Elle lui adressa un regard en coin.

-Ouais... l'envisager... ça coûte rien. Je vais y penser.

Au fond d'elle, elle refusait cette éventualité. Non. Elle était plus forte que ça!

-Une petite soirée? Quel genre?

Elle recula un peu sur son banc. Elle eu peur, pendant un instant, qu'il lui offre son corps! S'il lui parlait d'une fête privée entre amis, elle refuserait très certainement. Pas question de se retrouver chez des gens qu'elle ne connaissait pas. Si c'était une soirée dans un lieu public, c'était autre chose.

-Je veux pas m'imposer... mais j'avoue que j'aimerais bien décompresser un peu!

Et cet homme semblait s'y connaître en la matière!
_________________
Méridith Mitchel

Ce qui nous tue pas nous rend plus fort!
Y parraît ouais...
04/07/2013, 12:49
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Harold Kellerman
Journaliste

Inscrit le: 23 Fév 2011
Messages: 78
Avatar: Jean Dujardin
Profession: Journaliste à la Gazette

MessagePosté le: 05/07/2013, 11:48    Sujet du message: Réconfortante solitude? [libre] Répondre en citant

Méridith lut presque dans les pensées du journaliste, alors qu’il n’avait absolument rien extériorisé… Quand on vous disait que sa seule présence réveillait certains désirs primaires ! Bon certes, cette idée l’avait fait reculer… enfin pour l’instant ! Car l’important était qu’elle y cogite ! Hehe

- Off un truc tout simple, ils inaugurent une nouvelle boite dans le centre de Londres. Alors c’est sûr il faut aimer danser !! Quoi qu’on peut toujours se contenter de boire !

Il rigola grassement. La jeune femme n’était probablement dans le coin depuis assez longtemps pour savoir que c’était l’évènement du moment ! Tout le monde allait se battre pour essayer d’entrer dans ce nouveau lieu branché ! Pourquoi ? Parce que son propriétaire était une star de renom, et comme le beau monde attire le monde…

- Ne t’inquiète pas ! Je ne te proposerais pas si ça me posait problème ! Et personne ne fera spécialement attention à toi !

Méridith se laissa donc tenter. Ça ne mangeait pas de pain, et au pire, elle pourrait toujours filer si vraiment elle s’ennuyait ! Mais c’était sans compter sur le show qu’assurerait son nouvel ami !

- Je passe te prendre à 21h ? La soirée commence exceptionnellement plus tôt. Dis-moi juste où je peux te récupérer !

Ils convinrent de se retrouver au Chaudron Baveur, là où la jeune femme résidait. Etonnamment l’occasion ne se présenta pas pour la jeune femme de parler de sa recherche d’appartement, car déjà l’américain embrayait sur autre chose ! Ils discutèrent ainsi une petite heure de plus – quelle complicité ! – puis se séparèrent finalement.

***

Ce fut accoudé au bar, qu’Harold attendit la jeune femme. Il arrivait souvent en avance aux rendez-vous, en parfait gentleman, et patientait sans rechigner.

- Je vous sers quelque chose, Monsieur ?


Le journaliste se retourna vers Tom, qui essaya son comptoir d’un coup de baguette.

- Non ce ne sera pas la peine, j’attends une de vos résidentes… une jolie canadienne à la chevelure de feu !

Le barman acquiesça, visualisant évidemment qui était cette charmante jeune femme. Les cheveux roux, presque rouges, de Méri ne passaient pas vraiment inaperçus. Il laissa l’homme tranquille, non sans le détailler un peu. Il ne put s’empêcher de se dire que cette femme, au comportement pourtant apeurée, ne trainait pas pour se faire rencarder !! Il l’avait imaginé plus farouche… surtout quand on voyait le bonhomme… m’enfin…

Quelques courtes minutes plus tard, la jeune femme en question descendait de sa chambre et un sourire se dessina sur ses lèvres en voyant Harold. Ce dernier afficha également un sourire satisfait devant son élégance. Il n’aurait pas l’air ridicule ce soir en sa compagnie !
_________________
Harold
33 ans

.: N'est pas beau ce qui est beau, est beau ce qui plait :.
.: Vas y coco, balance l'info :.
05/07/2013, 11:48
Auteur Message
Méridith Mitchel
Sorcier

Inscrit le: 24 Mai 2013
Messages: 13
Féminin
Profession: Auror

MessagePosté le: 30/08/2013, 15:20    Sujet du message: Réconfortante solitude? [libre] Répondre en citant

Élégante sans trop en dévoiler, Méridith avait choisi minutieusement ses vêtements pour passer un peu inaperçu dans un lancement. S'habiller trop simplement aurait détoné avec le reste des gens et trop d'extravagance aurait attiré les regards, ce qui était la dernière chose qu'elle voulait! En fait, la seule raison pour laquelle elle avait acepté de sortir avec cet hurluberlu d'Harold, c'était l'anonymat que lui procurerait ce bain de foule. Elle commençait à être connue un peu autour du Chaudron Baveur et les commençait à vouloir bavarder avec elle, ce dont elle n'avait pas du tout envie. Harold n'était pas du genre papoter pour papoter. C'était ce trait de caractère qu'elle trouvait rafraîchissant...

-Tu es très élégant Harold, le complimenta-t-elle en le rejoignant dans le bar du Chaudron Baveur. J'ai cru comprendre que c'était l'événement du moment? J'ai bien hâte de voir ça!

Après avoir salué Tom au bar, ils quittèrent l'auberge pour se rendre en plein centre-ville. Ce qui, aux yeux des moldu avait l'air d'une simple et vieille chapelle abandonnée, Harold et Méridith, ainsi que la centaine de sorciers faisant la queue à l'arrière de l'édifice, eux, y voyaient un immense pub aux allure criard et moderne. Des lumières bleue et rouge dansaient magiquement au-dessus des porte, comme des mini feu d'artifice destiné à fêter leur arrivée!

-Wow... ils n'y sont pas allé de main morte sur la déco pour l'événement! s'exclama Méridith qui se dirigea vers la fin de la queue.

Ce qui, visiblement, fit rire Harold. Non, mais! Un homme de sa qualité! Ça ne faisait pas la queue! Il la prit par le bras, comme un gentlemen, et la guida jusqu'à la porte d'entrée. Il salua les gardes, leur chuchota quelque chose à l'oreille et ils purent immédiatement entrer.

-Ouais... je sors pas avec n'importe qui on dirait! dit-elle avec un sourire amusé aux lèvres.

Ils furent invités à laisser leur cape au vestiaire et une jeune femme au décolleté rocambolesque digne du grand canyon leur assigna une place. Sur la table, un petite carte indiquait: Réservé. Presse. Elle jeta un regard à Harold. L'avait-il invité à le suivre dans une mission lié à son travail?! Ou bien était-ce simplement des avantages permanents de sa position à la Gazette du Sorcier qui lui avait permis d'entrer?
_________________
Méridith Mitchel

Ce qui nous tue pas nous rend plus fort!
Y parraît ouais...
30/08/2013, 15:20
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Contenu Sponsorisé




MessagePosté le: Aujourd’hui à 12:00    Sujet du message: Réconfortante solitude? [libre]

Aujourd’hui à 12:00
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet   L'Héritage des Ténèbres Index du Forum »

Page 1 sur 1
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure

Montrer les messages depuis:

  

Sauter vers:  

Index | créer son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB GroupTraduction par : phpBB-fr.com
Xmox 360 by Scott Stubblefield